L’intensité du travail est un facteur de risque psychosocial (RPS). Elle peut notamment favoriser des troubles tels que l’anxiété, la dépression, les maladies cardiovasculaires et les TMS.